Résilience Organisationnelle Mise à jour du site septembre 2021

Transversus

Titre : A propos des Toxic Handlers et de la résilience organisationnelle...

Auteur : Gilles Teneau

Résumé : ll faut parler des toxic handlers, c’est ma conviction, car qui dit toxic handler, dit résilience organisationnelle. C’est une des ressources rares dans les organisations. Ce concept de toxic handler11 est déjà ancien. En 1999, Peter Frost et Sandra Robinson avaient publié un article de fond sur le thème dans la Harvard Business Review. Pourquoi me suis-je intéressé aux concepts de Peter Frost, il y a déjà vingt ans ? A l’époque, j’intervenais au sein d’une importante société de conseil comme consultant en stratégie, en management, en organisation. J’ai eu l’occasion de mesurer toutes les difficultés que provoquaient les changements, l’émergence de crises, et le fait que, derrière, des individus craquaient. Or, au sein des équipes, se trouvaient souvent quelques individus possédant des capacités particulières, disons tout simplement empathiques à l’égard de leurs collègues. A l’époque, j’avais déjà entrepris une première recherche, avec le C2P (Club des Pilotes de Processus13), sur la résistance au changement. Et une de mes premières hypothèses était que la résilience était propre à cette résistance au changement. C’était l’objet de mon premier livre, La Résistance au Changement Organisationnel14 . En faisant ces différentes recherches sur la résilience organisationnelle, j’ai été rapidement amené à lire les publications américaines, entre autres celles de l’université du Michigan. Cette université travaille beaucoup sur les comportements organisationnels, et entre autres sur la résilience appliquée aux organisations. De grands spécialistes du sujet, comme Jane Dutton15, y enseignent. Au début des années 2000, j’ai contacté Peter Frost. Il avait déjà créé un laboratoire, le "Lab Compassion", publié son article sur les "Toxic Handlers, Organizational Heroes", et un livre en 2002-2003. A la suite de son décès, j’ai échangé avec Jane Dutton. C’est à ce moment que j’ai intégré le concept de toxic handler comme ressource rare au sein de ma thèse. Par la suite, j’ai essayé de développer ce concept, ses caractéristiques, une typologie, et savoir comment il fonctionne dans les organisations ou dans les entreprises. A cette époque, j’ai multiplié les allers-retours avec l’université du Michigan.