Résilience Organisationnelle Mise à jour du site septembre 2021

Colloque IRAN

Titre : Positiver la souffrance des acteurs

Intervenant : Gilles Teneau

Résumé : La résilience en entreprise peut-être mise en place suite à une crise, un choc. Certaines personnes participent à la mise en place de cette résilience et permettent à leur entreprise de rebondir. Ces personnes prennent sur elles les souffrances de l’entreprise. La compassion est une fenêtre ouverte sur l’identité des individus et de l’organisation en tant qu’accomplissement personnel et collectif. Ce processus, peut prendre la forme d’interrelation, de discours ou d’un système organisé. Point de départ la résilience démarre par l'intervention des porteurs de souffrance. Les études de la compassion en entreprise permettent selon des études américaines, l’attraction du personnel (baisse du turn over), un moral plus élevé, l’absence du burnout, une meilleure qualité et productivité.

Mots-clés : Compassion, crise, résilience, émotion

Congrès LIEGE

Titre : Trajectoires de résilience organisationnelle

Intervenants : Gilles Teneau ; Guy Koninckx

Résumé : Les bouleversements qui agitent une organisation interpellent l’individu. En fonction de l’intensité des turbulences, ces bouleversements peuvent prendre des allures de crise. La personne est sollicitée au niveau de son identité et la manière dont elle se représente son organisation n’est pas épargnée. L’identité n’est pas figée (Weick, 1995 ; Dutton, 2002); la crise d’identité est une situation de trouble individuel profond qui marque une période de transition : comment la personne vit-elle son identité avec les autres, le collectif, au sein de l’entreprise ? L’identité organisationnelle est interpellée à son tour : quelle est la nature de la crise d’identité organisationnelle ? (Weitten, 1985) À partir du moment où l’identité vacille, la personne entre en crise et une perte d’appartenance s’installe. Au cours de cette période de turbulences, un choix se présente à elle : se replier sur soi et laisser l’événement prendre toute la place ou exploiter sa capacité de résilience pour l’affronter et saisir l’opportunité de rebondir. Dans ce contexte, on peut observer l’émergence d’une sorte de « contrat psychologique » dans lequel l’individu et l’organisation peuvent s’investir différemment, à savoir l’engagement. Celui-ci s’articule sur un partenariat « émotion-pensée ». Nous ouvrons ainsi des voies complémentaires aux théories et aux modèles de la motivation (Bandura, 2003)